samedi 13 octobre 2012

Planche originale The Punisher War Zone # 30 page 7 (1994) par John Buscema et Tom Palmer


JOHN BUSCEMA et TOM PALMER


Je ne suis pas un fan de la série The Punisher mais j'adore cette planche. Peut-être parce qu'elle appartient à un run baptisé "Conan with a gun", mais surtout parce qu'elle est signée d'un tandem magique et mythique : John Buscema et Tom Palmer.
Il est bon ici de rappeler que John Buscema n’appréciait que rarement le travail de ses encreurs. Les trois seuls qui trouvaient grâce à ses yeux étaient : son frère Sal, Frank Giacoia et… Tom Palmer !
Buscema mieux que quiconque savait raconter une histoire en images, on le voit sur cette page qui déborde d'énergie. Mise en page, cadrages, anatomies, trognes exacerbées... tout est incroyablement dynamique.
Ce qui me plaît ici c'est que Palmer, souvent cité comme l'un des meilleurs encreurs de l'histoire du comic book, nous livre un travail moins léché que d'habitude, et très fidèle au travail initial de Buscema. L'encrage est nerveux, vigoureux, presque sale, ce qui contribue à l'âpreté et à la violence de la page.
Rugueux sans doute mais néanmoins parfait !

samedi 1 septembre 2012

MARVEL UNIVERSE 1 Page 24 STEVE EPTING (dessin) et AL WILLIAMSON (encrage)


STEVE EPTING et AL WILLIAMSON

Il faut se méfier de Steve Epting ! Cet homme a non seulement tué Captain America, mais il a récidivé en éteignant la flamme de la Torche Humaine. Il a donc réussi là où Red Skull et Doctor Doom, pour ne citer qu'eux, n'ont pas réussi en plusieurs décennies d'aventures épiques !
Rien pourtant ne prédestinait cet homme à une carrière d'assassin de super-héros !
Steve Epting a commencé à travailler en 1989 pour l’éditeur indépendant, First Comics.
Début 1991, First Comics ayant disparu du paysage éditorial, Epting envoie des offres de services à divers éditeurs. Il trouve rapidement du travail chez Marvel Comics. Embauché pour réaliser la moitié des épisodes d’un arc bimensuel en six parties de The Avengers, il dessine finalement cinq des six numéros. Il devient peu après le dessinateur attitré de la série. Avec le scénariste Bob Harras et l'encreur Tom Palmer il réalise un long run (#343 à #375) qui marquera les esprits et divisera les fans (Si les dessins d’Epting furent plutôt bien accueillis, les histoires furent quant à elles jugées trop sombres)

Après avoir quitté Avengers en 1994, Epting passe quelques années à travailler sur les X-men. Il fait ensuite un bref passage sur la série X-Factor, mais se concentre surtout sur des annuals, des épisodes spéciaux, et des mini séries. Un avant-goût de mise au placard...
Vers la fin des années 90, Epting quitte Marvel pour rejoindre DC Comics, pour travailler sur la série Aquaman, aux côtés de Dan Jurgens. La série n'ayant pas eu le succès escompté, il repasse chez Marvel à l’occasion de deux numéros de la série Avengers mais, surtout, travaille pour Crossgen Comics.
2004 voit le grand retour de Steve Epting dans le giron Marvel. Et pas n'importe quel retour puisque c’est sur la série Captain America avec Ed Brubaker qu’il œuvre. Cette série est à la fois un succès critique et commercial. C'est Steve Epting qui a eu l’insigne honneur d’être celui qui tua Steve Rogers, dans Captain America #25. Les deux auteurs réussirent ensuite le pari de faire tenir la série sans son héros originel, dans des aventures où se mélangent super-héros, espionnage et série noire.
Les deux compères se retrouvent en 2009 pour Marvels Project qui plonge le lecteur dans une version remaniée des origines des premiers super-héros. Nous retrouvons ainsi, en pleine seconde guerre mondiale, les personnages qui ont façonné l'Age d'Or du comic : Namor, la Torche Humaine, Nick Fury, Captain America, Bucky et leur ennemi de toujours, Crane Rouge.

Toujours en 2009, Epting rejoint Jonathan Hickman sur Fantastic Four dont le point culminant sera la mort de Johnny Storm, The Human Torch, dans le numéro 587. Il dessinera ensuite les premiers épisodes de la nouvelle team (avec spider-man) rebaptisée FF pour Future Foundation.
La page présentée ici (Marvel Universe #1 story page 24 de 1998) et un beau résumé du talent de Steve Epting. Son sens de la composition et du storytelling, son trait précis et élégant, de facture classique, y font merveille. Elle est encrée par l'immense et mythique Al Williamson mort en 2010, auquel Epting voue une profonde admiration (il n'est pas le seul !).

vendredi 10 août 2012

Planche originale THOR N° 7 page 7 par Marko Djurdjevic et Danny Miki (2008)


MARKO DJURDJEVIC

D’origine Serbe, né en Allemagne le 23 janvier 1979, Marko Djurdjevic s’est d’abord fait connaître sur le net en « redesignant » les personnages de la série X-Men. Il est vite repéré et reçoit un coup de fil de Maison des Idées. Nous sommes alors en 2006. En quelques années il se fait un nom dans l’univers des Comics pour ses couvertures magistrales pour les titres : Thor, X-Men first class, Blade, Thunderbolts, Daredevil, Mystic Arcana, Wolverine Origins, Spider-man, Avengers, Hulk, Magneto, Captain America, Daredevil, Fear Itself et beaucoup d’autres. (On retrouve une partie de ses œuvres dans son premier artbook, The Marvel Art of Marko Djurdjevic.)
Marko Djurdjevic est un personnage entier et atypique, outre une passion revendiquée pour la vodka (cf. son site http://www.sixmorevodka.com/ et son ancien blog) il n’a pas hésité à claquer la porte de Marvel en 2011, à la suite de déclarations fracassantes sur son scénariste J.M. Straczynski.
Il y revient pourtant et, en 2012, c’est lui qui signe la couverture de Astonishing X-Men # 51 qui illustre le premier mariage gay de l’histoire des comics.
Plus rare comme dessinateur, il a débuté sur Thor. Il a ensuite travaillé sur Avengers, Ultimate Hulk, Age of Heroes, What If ? Civil War, Ultimate Captain America…
La planche présentée ici est la page 7 de Thor # 7 (mai 2008). Il s’agit d’une planche d’atmosphère, sombre et mystique entre runes et corbeaux d’Odin (Thor, couché dans un cercueil de pierre, est plongé dans le sommeil d’Odin afin de régénérer son pouvoir), parfaite pour être encadrée. Elle est ancrée par Danny Miki un des meilleurs encreurs du moment qui a travaillé avec David Finch, Joe Quesada, Olivier Coipel, Carlos Pacheco, Adam Kubert, Salvador Larroca ,etc.
La mise en couleur de la planche a été réalisée par Jelena Kevic Djurdjevic l’épouse de Marko. Il est intéressant de noter à quel point les détails d’encrage de Miki sur la dernière case (les deux arbres torturés et les deux corbeaux) disparaissent sur l’œuvre finale.
CQFD : vive le noir et blanc !

vendredi 3 août 2012

Planche originale Savage Sword of Conan N° 87 page 15 (1983) par John Buscema et Ernie Chan

Savage Sword of Conan N° 87 : John Buscema breakdowns & Ernie Chan embellisher

Cette planche plus peut-être que les nombreuses autres œuvres produites par le célèbre tandem John Buscema / Ernie Chan est une co-création.
En effet, cet épisode des aventures de Conan écrit par Michael Fleisher, intitulé « The Armor Of Zulda Thaal » et paru dans Savage Sword of Conan # 87 du mois d’avril 1983 est ainsi créditée dans son sommaire : « John Buscema breakdowns & Ernie Chan embellisher »
Qu’est-ce que cela signifie au juste ?
Mon ami Google est fort heureusement venu m’éclairer sur ce mystère. Voilà l’explication.
Il n’était pas rare que les artistes de la génération de John Buscema confient leurs ébauches (traduction je le crains imparfaite pour les termes anglais « breakdowns », « loose pencilling approach ». A ne pas confondre avec les « layouts » et autres « Prelims » ou « sketches » généralement réalisés sur des feuilles plus fines et que l’on ne peut parachever et encrer en l’état. Ouf !), les dits artistes confient, donc, leurs ébauches à l’encreur en lui laissant le soin de compléter et de finaliser le dessin. Le dessinateur était alors crédité pour ses « breakdowns » tandis que l'encreur était crédité comme «embellisher» ou «finisher».
Les exigences de rendement n’étaient bien évidemment pas étrangères à cette organisation « scientifique » du travail.
John Buscema a régulièrement eu recours à cette pratique au cours de sa carrière. Sur The Avengers surtout, mais aussi sur Amazing Spider-man  (Il a d’ailleurs lui-même tenu le rôle d’embellisher sur ce titre pour John Romita Sr !) ou encore sur Thor.
Il est probable que cela donna l’occasion à Chan de démontrer qu’il pouvait être autre chose qu’un encreur, qu’il avait appris du maître, et qu’on pouvait lui confier le titre en remplacement de Big John. Son travail fut suffisamment convaincant puisqu’on lui confia la suite des aventures du Cimmérien pendant de nombreuses années.
Sur cette page, le style de Buscema est immédiatement reconnaissable. Le trait de Chan ne s’était pas encore libéré de l’héritage de son mentor, comme ce sera le cas plus tard, et c’est tant mieux !
Comme le dit l’accroche du run Avengers : Under Siege paru en février 2012 et reprenant les comics # 270 à # 277 : « John Buscema's breakdowns were better than most artist's full pencils. Every panel filled with a sense of kinetic energy. »
C’est d’ailleurs tellement vrai que les « layouts » de John Buscema se vendent de plus en plus chers, parfois même plus chers que certaines œuvres encrées.
Comme dit le proverbe : il vaut mieux un bon crayonné qu’un encrage massacré !

Pour en savoir plus sur les subtiles différences entre crayonné, esquisse, ébauche etc :

S'agit-il d'un avant-projet donnant une idée de la réalisation envisagée ? CRAYONNÉ
S'agit-il d'un dessin fait rapidement afin de se donner une idée ? CROQUIS
S'agit-il d'un dessin qui servira de guide ? ESQUISSE
S'agit-il de l'état premier d'un dessin, avant toute retouche ? PREMIER JET
S'agit-il de l'état premier d'un dessin, pouvant avoir été quelque peu retouché ? ÉBAUCHE
S'agit-il de l'état premier d'une planche ? BROUILLON




samedi 9 juin 2012

Planche originale MARVEL FANFARE N° 56 page 7 par Don Heck (1982)



Don HECK

Don Heck est l’un des grands noms de l’âge d’argent du comics. Il est né en 1929 et est mort en 1995.
Dessinateur prolifique (Spider-man, Ka-zar, Iron Man Avengers, X-men, Submariner, Dracula, Ghost Rider, Daredevil, Captain America, Captain Marvel…) il est plus connu pour son travail sur Iron Man dont il est le co-créateur et sur Les Vengeurs dont il sera longtemps le dessinateur attitré.
Il est aussi le créateur de Oeil de Faucon, de la Veuve Noire, de Wonder Man et du Mandarin.
Plus tard, il dessinera Justice League of America, Wonder Woman et Flash pour DC Comics.

Superbe florilège de héros et vilains, on peut voir sur cette planche Docteur Strange contre Dormammu, Iron-Man contre la Dynamo Pourpre, Spider-Man contre le Super-Bouffon et Wolverine contre Hulk.
Huit personnages emblématiques sur une seule page dessinée et encrée par Don Heck !
Qui dit mieux ?

dimanche 11 mars 2012

Planches originales Captain America & Doctor Strange pages 4 et 5 par Wellinton Alves


Page 4


Page 5

Wellinton ALVES

Outre Robert E Howard’s Savage sword chez Dark Horse Wellinton Alves a travaillé pour Marvel sur divers titres : Nova, Marvel Adventures, Marvel Heroes, Daredevil, Marvel Zombies return, Power man et Iron fist, Inhumans, Dark Reign.
Deux autres exemples de son travail sur Captain America & Doctor Strange effectués au crayon sur Blue Line au format A4

Planches originales Robert E Howard’s Savage Sword N° 2 pages 4 et 5 par Wellinton Alves


Page 4


Page 5

samedi 10 mars 2012

Wellinton ALVES

Robert E Howard’s Savage sword paru chez Dark Hors comics, c’est l’occasion de redécouvrir tous les principaux héros de Robert E Howard réadapté ou réédité. Conan bien sûr, mais aussi Kull, Steve Costingan, El Borak Agnes la Noire, Niord, Bran Mac Morn. On y retrouve de grands noms (Gil Kane, Barry W Smith, Tim Conrad…) aux côtés de petits nouveaux tels que Wellinton Alves, dessinateur brésilien, dont vous trouverez ci-dessus deux planches à l’encre de chine sur papier Dark Horse